Chirurgie esthetique - Chirurgie plastique - Abdominoplastie - Augmentation mammaire - Liposuccion - Chirurgie du nez - Chirurgie capillaire - Prix

LaChirurgie-Esthetique.NET

Tout ce que vous cherchez à savoir sur la chirurgie esthétique

 
 
 
 
 
 

Chirurgie plastique

Tout sur chirurgie plastique
 
La chirurgie plastique est une spécialité chirurgicale qui répare ou remodèle une structure tégumentaire ou une forme du corps humain1 (ou animal en chirurgie vétérinaire). Touchant presque toutes les régions anatomiques, exceptés l'intérieur du crâne, du thorax et de l'abdomen, son champ d'action est vaste. Ses grands champs d'activités sont: chirurgie esthétique, chirurgie de la main, chirurgie crânio-faciale, chirurgie des brûlés, chirurgie reconstructive et chirurgie plastique pédiatrique



Domaines dépendants de la chirurgie plastique:

Tumeurs de la peau et des tissus mous
· Tumeurs bénignes (exérèse de nævus)
· Tumeurs malignes (carcinome basocellulaire, carcinome spinocellulaire, mélanome...)
· Tumeurs intermédiaires (dermatofibrosarcome de Darier et Ferrand)
· Angiomes



Infections et nécroses de la peau et des tissus mous
· Infections aiguës (dermohypodermite, fasciite nécrosante, gangrène)
· Infections chroniques (hidrosadénite suppurée, kyste pilonidal)

Reprise de cicatrices
· Cicatrices inesthétiques
· Cicatrices hypertrophiques
· Cicatrices chéloïdes

Reconstructions/Changement d'aspect
· Du sein notamment : suite à une mastectomie, pour une hypertrophie mammaire, cure de ptôse - comme les seins qui tombent de manière inesthétique suite à une perte de poids importante ou après plusieurs

grossesses
· Faciale (après traumatismes par exemple)
· Abdominale (après grossesses, perte de poids importante, malformation de

type diastasis des muscles abdominaux)
· Comblement de pertes de substance (après exérèse de tumeurs ou post-chirurgie délabrante)

Soins aux brûlés
· Pansements en stérile pour les brûlés en attente de greffe de peau
· Greffes de peau pour remplacer celle brûlée
· Retouches de la peau greffée (section des brides éventuelles qui limitent les capacités de mouvements)

Chirurgie de la main
Ce domaine est partagé avec la chirurgie orthopédique.
· Amputation
· Kystes synoviaux
· Traitement du syndrome du canal carpien
· Lésions des tendons fléchisseurs
· Lésions des tendons extenseurs
· Replantation
· Revascularisation
· Microchirurgie nerveuse
· Lésions des poulies
· Transferts tendineux, réhabilitation des tétraplégies

Autres types de chirurgie plastique

La plupart des grains de beauté, kystes et autres imperfections de la peau sont bénignes. Les grains de beauté (ou naevus) sont des lésions sans danger et leur transformation en mélanome est exceptionnelle. On doit cependant soupçonner cette transformation en cas de modification de l'apparence d'un grain de beauté et pratiquer alors l'ablation (ou exérèse) de la lésion. Les changements dans un grain de beauté à surveiller comprennent : une bordure irrégulière ; une coloration non homogène ; mêlant le brun, le noir, et/ou le rouge ; un relief irrégulier ; une augmentation progressive de taille.
Souvent on recherchera l’ablation des lésions uniquement pour améliorer l’apparence de la peau.

La majorité des techniques utilisées pour enlever les grains de beauté et autres lésions de la peau s’effectuent en peu de temps et peuvent être pratiquées en cabinet.

Les techniques d’exérèse les plus courantes sont l’excision à ras la surface ou l’excision en profondeur avec fermeture de l’incision par points de sutures (exérèse complète).

Le rasage en surface au scalpel est une technique employée pour traiter les
lésions qui dépassent la peau. La peau gelée à l'aide d'une anesthésie locale, la lésion est enlevée.  Si la lésion était purement superficielle, aucune trace n'en demeurera alors qu'une petite tache blanche subsistera si elle était plus profonde.
La biopsie excisionnelle est indiquée dans le cas d’une lésion profonde telle un kyste ou un naevus profond.

La lésion enlevée en profondeur et l’incision fermée à l’aide de points de suture, la cicatrice qui en résulte aura le plus souvent l’apparence d’une ligne blanche très fine bien qu’elle puisse être plus apparente si la lésion était très large ou dans le cas d’une guérison anormale.

Dans le cas d’une lésion au visage, le chirurgien pourrait utiliser des points de suture très fins en surface et des points fondants sous la peau.

L’ablation permanente du poil dru qui pousse parfois dans un grain de beauté est obtenue de préférence par l’excision en profondeur.

Il existe d’autres techniques pour enlever les imperfections de la peau : la
cautérisation, le laser ou l’azote liquide. Votre plasticien vous informera de la
meilleure façon d’enlever ces imperfections disgracieuses.

Les méthodes traditionnelles d’épilation tel le rasage, les pinces à épiler et
l’épilation à la cire procurent des résultats passagers. L’électrolyse exige des
années de traitements répétés.

L’épilation au laser vise le pigment à l’intérieur du bulbe du follicule pileux sans
endommager les pores et les structures délicates de la peau. Le cycle de
croissance du poil, période de croissance en alternance avec période de
dormance durant laquelle le follicule manque de pigment, rend nécessaire au
moins deux à trois traitements. Le nombre de séances d’épilation varient selon
l’individu.

La région à traiter est rasée et une petite baguette est placée contre la peau.
Sur certains types de laser, avant chaque impulsion lumineuse, la baguette
refroidit les premières couches de la peau, ce qui protège l’épiderme. Le nombre d’impulsions est fonction de l’étendue de la région à traiter.

L’épilation à l’électrolyse se fait à l'aide d'un courant électrique. On insère un
petit filament dans le follicule pileux jusqu'à la racine, afin de détruire la papille,
responsable de la pousse du poil. On retire ensuite le poil ainsi libéré à l'aide
d'une pince.

En raison de la vitesse des impulsions d’environ une à la seconde, l’épilation au laser est beaucoup plus rapide. Chaque impulsion atteint un grand nombre de follicules alors que l’électrolyse touche un à un les poils visibles et à la portée de l’opérateur. Le laser agit sur tout follicule en période active, même si le poil ne dépasse pas encore la surface de la peau ou s’il n’est pas parfaitement droit.

Chaque impulsion du laser peut causer un léger pincement, plus ou moins
important selon le degré de sensibilité de la patiente et la région traitée. On peut réduire cet inconfort par l'application d'une crème anesthésiante avant le
traitement.

L’épilation au laser est efficace surtout chez les personnes au teint clair ou
moyen et à poils foncés.


Le détatouage

Le détatouage au laser est efficace surtout sur les pigments bleu et noir. Les
pigments rouge, vert et jaune sont plus difficiles à éliminer. Normalement,
plusieurs traitements seront nécessaires pour enlever un tatouage. Il arrive
parfois que le tatouage enlevé, il reste un « tatouage fantôme » à sa place. Lors de la consultation, votre plasticien discutera avec vous du choix de la méthode de détatouage qui vous convient le mieux, soit par la chirurgie ou au laser.

À la suite d’un traitement au laser d’épilation ou de détatouage, la peau peut
paraître rouge et légèrement enflée, comme à la suite d’un coup de soleil. Au
bout de quelques heures, la peau retrouvera son allure normale. Parfois, on
constate des changements de pigmentation, des ampoules ou des croûtes.
Rarement, à la suite d’électrolyse comme de traitement au laser on a vu des cas de peau marquée par les cicatrices. Pour évaluer la réaction de la peau au
traitement, un test préalable peut être indiqué.

Le vieillissement de la peau est associé à l'augmentation du nombre et de la
profondeur des rides, plissements cutanés qui sont les conséquences de la
dégradation des macromolécules du derme comme les collagènes et l'élastine.
Cette dégradation est attribuable aux mouvements du visage tels le plissement
des yeux et le sourire, aux effets de l'exposition au soleil et surtout au
tabagisme.
Pour aplanir les plissements de la peau et les rides on peut avoir recours à divers produits de remplissage. Certains sont des matériaux synthétiques tels les petites billes de polyméthylméthacrylate. D'autres sont des substances naturelles temporaires telles le collagène, l'acide hyaluronique et le
dermis.

Aussi, on peut également se faire réinjecter sa propre graisse. La graisse qui sert au transfert est succionnée d'une autre partie de votre corps, par exemple, l'abdomen ou les cuisses, pour remplir des creux ailleurs, cette technique s'appelle la lipogreffe.

En plus de remplir les rides, la lipogreffe peut servir à remodeler le visage et à
remplir les creux des joues, des lèvres, du menton et des yeux. Il réussit moins bien dans l'augmentation des lèvres. La lipogreffe peut également corriger le vieillissement des mains.
Les produits synthétiques sont permanents mais sont à l'occasion rejetés par la peau par l'infection ou l'expulsion. Bien que certains produits injectés, tel le collagène, peuvent provoquer une réaction allergique, le transfert de graisse est bien toléré : parce que cette graisse vient de votre propre corps, il ne peut y avoir de réaction allergique. Votre plasticien discutera avec vous des risques
et des avantages des divers produits de remplissage.

La lipo-injection est effectuée au cabinet médical sur une base externe. Les sites de prélèvement et d'injection sont traités à l'anesthésie locale.

À l'aide d'une aiguille fine montée sur une seringue la graisse est enlevée d'un
site donneur là où il est le plus dense, l'abdomen par exemple.

Une fois prélevée, la graisse est traitée de façon à enlever les excès de liquide
pour être ensuite réinjectée à l'aide d'une autre aiguille placée sous la peau ridée ou placée en profondeur pour modifier les contours. Ce processus est répété jusqu'à obtention des résultats recherchés.

L'injection provoque normalement une enflure. L'inconfort associé à l'injection est facilement contrôlé à l'aide de médicaments. Il peut également y avoir des
ecchymoses. Au cours des premiers mois environ 65% de la graisse seront
absorbés par votre corps. Normalement, les 35% qui restent demeureront en
place. Pour obtenir des résultats de plus longue durée, les patients subiront
trois ou quatre traitements sur une période de six mois.

Chirurgie reconstructrice

Le chirurgien plasticien pratique la reconstruction chez les patients présentant différents type de malformations congénitales, telles les fissures labiales et/ou palatines. Ce genre de malformation est présente chez environ un Canadien sur mille. Au Canada, on répare les fissures labiales vers l'âge de quatre mois. Dans de nombreux pays, les familles n'ont pas les moyens de payer ce genre de chirurgie correctrice. Plus de 80 plasticiens canadiens ont donné leurs services dans le but d'aider ces enfants (Voir la rubrique sur les missions à l'étranger).
La fissure palatine rend impossible l'élocution normale La chirurgie correctrice à l'intérieur de la bouche est pratiquée vers l'âge de 12 mois. Si la première chirurgie ne corrige pas suffisamment les troubles d'élocution, une deuxième intervention peut s'avérer nécessaire vers l'âge de 5 à 7 ans.

La malformation congénitale la plus courante est la syndactylie, qui se caractérise par la soudure des doigts entre eux. La chirurgie est pratiquée vers l'âge de 12 mois pour effectuer la séparation des doigts et pour encourager leur bonne croissance. Un bébé qui né avec deux pouces présente une malformation congénitale qui s'appelle « pouce bifide ». Un des
pouces sera enlevé vers l'âge de un an.

L'hémangiome est une autre sorte de malformation congénitale traitée par les plasticiens.
Ces malformations rouges poussent sur le corps du bébé naissant ou peu après la naissance puis se résorbent en quelques années pour disparaître vers l'âge de cinq à huit ans.

Rarement, la chirurgie s'avère nécessaire.

Parmi les autres malformations congénitales traitées par les plasticiens : la morphologie osseuse faciale anormale et le naevus géant.
La brûlure et ses conséquences dévastatrices représentent un traumatisme
majeur. Les brûlures sont causes de mort, de mutilation et de douleurs
insupportables. Au Canada, ce sont principalement les chirurgiens plasticiens
qui traitent les brûlés.

L'inhalation est la cause principale de morbidité et de mortalité chez les victimes de brûlures. On retrouve ces blessures chez le patient qui a subi des brûlures à l'intérieur d'un espace enfermé tel une maison, où une grande quantité de fumée a été respirée. Parfois, en dépit de soins de grande qualité, l'atteinte aux poumons est trop importante pour permettre la survie de la victime.

La brûlure la plus répandue au Canada est celle qui est provoquée par l'eau
chaude du robinet. De nombreux Canadiens ne savent pas que pour éviter les
brûlures la température de l'eau chaude domestique ne devrait pas dépasser
49°C (120°F). Ces brûlures se produisent le plus souvent chez les jeunes
enfants et les personnes âgées qui éprouve de la difficulté à sortir rapidement
d'une baignoire remplie d'eau chaude.

Les brûlures de premier et de deuxième degré guérissent par elles-mêmes sans greffe de peau car au fond de ces blessures la peau est encore saine. Les brûlures de troisième degré ou de deuxième degré très profond exigeront souvent des greffes pour remplacer la peau.

Les patients qui subissent des brûlures de très grande étendue auront à passer plusieurs fois à la salle d'opération où le plasticien remplacera la peau morte avec des greffes de peau.

Lorsque la peau qui recouvre les articulations est brûlée, le rétrécissement dû à la guérison peut en restreindre le mouvement, ce qui s'appelle une contracture.

Souvent, on retrouve ces contractures dans les pays les plus pauvres, où la
greffe de la peau n'est pas disponible.
On fait souvent appel aux plasticiens pour la reconstruction des brûlures même lorsque la peau a pu être greffée. Les lambeaux seront combinés aux greffes pour obtenir une quantité de peau adéquate.
Chirurgie de la main

Au Canada, la majorité des chirurgies de la main ainsi que le traitement médical des problèmes de santé de la main sont assurés par les chirurgiens plasticiens.
Les problèmes de santé de la main comprennent la plupart de ceux pour
lesquels on se présente en salle d’urgence y compris l’infection, les morsures,
les brûlures, les blessures de tout genre, les cassures et tout autre problème
présenté en salle d’urgence. Les problèmes simples seront traités par le
médecin d’urgence alors que les problèmes complexes sont référés au
plasticien.

Normalement, les cassures de la main guériront avec 2 à 4 semaines de
plâtrage. Par contre, pour réparer certaines fractures on aura parfois recours à la chirurgie pour mieux enligner les fragments d’os, particulièrement si la cassure implique une articulation qui deviendrait éventuellement plus susceptible à l’arthrite si les petites brisures d’os ne sont pas bien enlignées.

Lorsque les nerfs de la main sont accidentellement sectionnés, ils sont réparés par un chirurgien plasticien. À la suite de blessures aux nerfs, le doigt ou le pouce est engourdi. S’il est possible de réparer les nerfs, plusieurs semaines ou mois après la chirurgie, on retrouvera partiellement la sensation. Le patient reprendra le travail de deux à trois semaines après la chirurgie mais il faudra prendre soin de bien protéger les parties engourdies jusqu’au retour de la sensation.

Les tendons sont des cordes sous la peau qui font bouger les doigts et le
pouce. Lorsqu’ils sont sectionnés, pour retrouver le fonctionnement normal des
doigts il faudra réparer les tendons par la chirurgie. Les blessures aux tendons

occasionnent une absence du travail d’une durée de deux à trois semaines.

Le syndrome du canal carpien est un problème de la main très répandu qui
touche environ 3% des Canadiens. Ce syndrome produira normalement un
engourdissement du pouce, de l’index, du majeur et de la moitié de l’annulaire.
Souvent, cet engourdissement commence dans la nuit et répond parfois au port d’une attelle pendant le sommeil. Il peut également arriver que le problème
progresse jusque dans la journée et soit associé à la douleur. Le travail n’est
pas une cause du syndrome du canal carpien mais il peut l’aggraver. Il est dû à une réduction de l’espace dans lequel se trouve le nerf médian dans le canal
carpien de la main. La chirurgie connaît un taux de succès de 90%; elle exige
une absence du travail de quatre à huit semaines.

Le doigt à ressaut ou doigt en gachette se caractérise par un blocage de
l'extension d'un ou de plusieurs doigts. Ce blocage cède brutalement (ressaut)
sous l'effet d'une manœuvre d'extension forcée exercée en tirant avec l’autre
main. Cette manœuvre est accompagnée de douleur et d’un bruit de « déclic ».

Ce syndrome est le résultat d’un épaississement du tendon qui devient trop gros pour se déplacer facilement dans son canal. Le doigt en gachette est facilement réparé par une intervention simple sous anesthésie locale pour décomprimer le tendon et le permettre de bien glisser dans sa gaine.

La maladie de Dupuytren est une affection de la main, souvent congénitale, qui
fait que les doigts se replient sur la paume et ne peuvent plus se redresser. La
maladie de Dupuytren atteint le plus souvent l’annulaire, le petit doigt ou d’autres doigts empêchant de les étendre même avec un grand effort. Cette contracture est le résultat d’un dépôt de tissus dans la main. La chirurgie consiste à enlever ce tissu contractile. La chirurgie ne guérit pas la maladie mais la fonction améliorée et la capacité d’étendre les doigts peuvent durer pendant plusieurs années.
Chaque année au Canada, des milliers de patients se présentent en chirurgie
plastique pour la reconstruction de plaies.

Parmi les plaies les plus courantes sont celles qui résultent de l’ablation d’un
cancer de la peau. La plupart des cancers de la peau sont le résultat de coups de soleil et se retrouvent sur le visage, soit sur le nez, les joues, les tempes et les oreilles, ces régions qui subissent le plus souvent les coups de soleil. Pour
réparer les effets de cette chirurgie, le plasticien a recours à une grande panoplie de greffes et de lambeaux.

Chez le fumeur le cancer se retrouve souvent à l’intérieur de la bouche. La
chirurgie pratiquée en otorinolaryngologie exigera parfois l’excision d’une partie de la mâchoire, de la langue ou d’autres sections de la bouche ou de la gorge. Pour reconstruire ces régions, le plasticien pourra récolter la peau ailleurs sur le corps du patient. On se servira éventuellement d’un morceau d’os récolté sur la jambe (péroné) pour reconstruire la mâchoire alors que la peau de l’avant-bras servira à la reconstruction de l’intérieur de la bouche ou de la gorge. Pour maintenir en vie ces tissus, on les raccordera par microchirurgie aux vaisseaux sanguins qui se trouvent à proximité. Ce genre de chirurgie procure au patient la possibilité d’avoir une apparence normale, de parler normalement et d’avaler.

À la suite d’un accident de la route ou autre traumatisme, les jambes cassées
sont parfois dénudées de peau et les fragments d’os exposés pourront s’infecter.
Souvent, la reconstruction exigera que le plasticien pratique un transfert de
muscle, de peau ou d’os récolté sur la jambe, le dos, la hanche ou l’abdomen. Ce genre de reconstruction permettra au patient de garder la jambe, lui évitant une amputation éventuelle.

Le plasticien fera également la réimplantation de membres accidentellement
amputés. Si cela s’avère impossible, on pourra parfois les reconstruire. Par
exemple, un pouce amputé sera remplacé par le gros orteil ou le deuxième orteil pour redonner à la main un très bon niveau de fonctionnement.

Otoplastie (chirurgie cosmétique des oreilles)
L’otoplastie sert à remodeler les oreilles décollées afin de leur donner une forme plus naturelle et une position plus normale.

La chirurgie est souvent faite pour les enfants quoique les adultes peuvent aussi subir cette procédure. Les vieilles techniques consistaient à enlever une portion du cartilage de l’oreille pour améliorer sa forme. Dr. Samaha préfère utiliser des techniques plus avancées qui visent à remodeler plutôt qu’enlever le cartilage, de façon à lui donner une forme plus naturelle et à l’aligner avec la tête et les traits du visage.
Chez les jeunes enfants ayant des oreilles décollées, il est souvent préfèrable de corriger le problème avant de commencer l’école de façon à éviter les conséquences psychologiques. Lorsque l’enfant atteint l’âge de 4 à 6 ans, l’oreille est suffisamment développée pour subir une telle intervention chirurgicale. Chez les adultes, la chirurgie peut avoir lieu à n’importe quel âge.
La Journée de la Procédure
Les patient(e)s peuvent rentrer chez eux moins d’une heure suivant la chirurgie. Il y a un pansement sur les oreilles . Le lendemain, ce pansement est enlevé et remplacé par un pansement plus léger qui restera 4-5 jours. Il n’y a pas de sutures à enlever puisqu’elles sont fondantes. La cicatrice laissée par l’opération est cachée derrière l’oreille.
Questions souvent soulevées

Quelles sont les restrictions suivant la chirurgie?
La principale restriction consiste à éviter l’activité physique vigoureuse pendant une semaine. Ceci inclut l’exercice et le soulèvement de choses lourdes. D’autres activités qui peuvent augmenter la pression dans la tête sont aussi à éviter, incluant forcer et se pencher la tête vers le bas. Sinon, les patients peuvent continuer leurs activités normales.

Le temps de rétablissement?
Le rétablissement est d’environ 7 à 10 jours. Les patient(e)s se sentent à l’aise pour retourner à l’école ou au travail après 5 à 7 jours, avant pour certains.
Est-ce que les oreilles peuvent se re-décoller plus tard?
Les oreilles sont maintenues en position par des sutures pendant la période initiale. Dans les semaines qui suivent, au fur et à mesure que la guérison et la cicatrisation prennent place, les oreilles guérissent et maintiennent leur position. Donc, si la position obtenue suivant la chirurgie est bonne, il est peu probable qu’elle change par la suite.

Augmentation du menton
(mentoplasty, implants du menton)
Le menton fait partie d’une “unité” esthétique qui comporte le nez, les joues, et les lèvres. Pour équilibrer cette unité, surtout au niveau du profil, l’alignement du menton est très important et sert à harmoniser l’apparence globale du visage. Un menton fort chez un homme met en valeur les traits masculins du visage. Chez une femme, un menton doux et arrondi présente une apparence plus féminine.

La chirurgie du menton peut être faite comme une procédure seule, mais plus souvent, cette procédure est faite en même temps qu’une rhinoplastie (chirurgie ésthétique nasale) ou un lifting, pour ajouter une touche supplémentaire au résultat final. L’augmentation du menton consiste à placer un implant pour augmenter la projection du menton ou en arrondir le contour et la forme. L’implant est inséré sous la peau à travers une petite incision dans la bouche ou sous le menton, qui laisse une petite cicatrice bien cachée sous celui-ci. Dr. Samaha utilise des implants qui ont une apparence esthétique agréable, qui sont bien tolérés par les patient(e)s, et qui sont sûrs. Différentes grandeurs sont disponibles pour avoir le degré de projection recherché, dépendamment des besoins du patient(e). L’augmentation du menton n’affecte pas l’occlusion des dents ou la mastication.

La Journée de la Procédure
La chirurgie du menton est une procédure d’un jour. Les patient(e)s peuvent retourner chez eux en moins d’une heure après la chirurgie. Un pansement est placé sur le menton et une diète molle est prescrite pour un à deux jours. L’enflure s’estompe de façon progressive dans les jours qui suivent la chirurgie. Le pansement est enlevé à la première visite post-opératoire, une semaine après l’intervention.


Questions souvent soulevées

Quelles sont les restrictions suivant la chirurgie?

La seule restriction est la diète molle pendant 1-2 jours suivant la procédure et ce, simplement pour le confort. Sinon, les patient(e)s peuvent reprendre toutes les activités normales tout de suite après la chirurgie. Des compresses d’eau froide soulagent, pourvu qu’elles soient appliquées doucement.

Le temps de rétablissement?
Le rétablissement est d’environ 7 jours. Les patient(e)s sont souvent à l’aise pour retourner au travail aussitôt que le pansement est retiré après 7 jours, ou plus tôt pour certain(e)s.

Des contusions et des ecchymoses (bleus)?
Quelques contusions sur le menton et la région qui l’entoure sont prévues. La majeure partie des contusions auront disparues lors de la première visite post-opératoire après 7 jours.

 

 

 


chirurgie plastique prix chirurgie plastique marseille clinique chirurgie plastique chirurgie plastique montreal chirurgie plastique paris chirurgie plastique nez chirurgie plastique mammaire chirurgie plastique homme chirurgie plastique au maroc chirurgie plastique du ventre chirurgie plastique lyon chirurgie plastique quebec chirurgie plastique belgique chirurgie plastique tunisie chirurgie plastique esthetique chirurgie plastique bordeaux chirurgie plastique toulouse chirurgie plastique poitrine chirurgie plastique montpellier chirurgie plastique bruxelles clinique chirurgie plastique suisse chirurgie plastique reconstructrice tarif chirurgie plastique chirurgie plastique abdominale chirurgie plastique gratuite chirurgie plastique bâle clinique chirurgie plastique bâle chirurgie plastique esthetique suisse chirurgie plastique esthetique paris centre de chirurgie plastique chirurgie plastique en france chirurgie plastique geneve photos chirurgie plastique annales de chirurgie plastique chirurgie plastique lille chirurgie plastique nice