Chirurgie esthetique - Chirurgie plastique - Abdominoplastie - Augmentation mammaire - Liposuccion - Chirurgie du nez - Chirurgie capillaire - Prix

LaChirurgie-Esthetique.NET

Tout ce que vous cherchez à savoir sur la chirurgie esthétique

 
 
 
 
 
 

Augmentation mammaire

Tout sur augmentation mammaire
 
La mammoplastie ou plastie mammaire désigne une opération chirurgicale visant à remodeler les seins.

Indications
L'indication de la mammoplastie est essentiellement déterminée par choix esthétique. L'intervention permet de rehausser, d'amplifier ou de diminuer le volume mammaire.
Cette opération chirurgicale peut par ailleurs être indiquée après une grossesse, une perte de poids conséquente, une gêne due à une hypertrophie (réduction du poids du volume mammaire) ou en chirurgie reconstructrice après mammectomie.

Augmentation mammaire et prothèses
L'augmentation mammaire consiste en la pose d'implants mammaires, des prothèses en silicone ou remplies de sérum physiologique.
Les prothèses ont une durée de vie différente d'un individu à l'autre. Si rien ne le justifie (usure, coques...), il ne sera donc pas nécessaire pour certaines femmes porteuses d'implants de les faire remplacer. Des implants mammaires de nouvelle génération peuvent résister à l'usure et ont une durée de vie plus longue.

Le choix de la prothèse ou sa taille sont discutés avec le chirurgien. Le choix de la taille des prothèses peut être évalué en adéquation avec les caractères morphologiques de l'individu.

Les prothèses peuvent être placées en arrière de la glande mammaire (en rétroglandulaire) si les seins sont tombants (ptôse) soit derrière le muscle grand pectoral (en rétropectoral). Après l'opération, les seins sont gonflés pour une période de plus ou moins six mois s'il n'y a aucune réaction.
Les seins symbolisent pour la plupart des femmes, la féminité. Ils peuvent également être une zone érogène de grande importance. Cependant lorsque cette partie du corps est affectée la femme a l'impression que le monde s'écroule autour d'elle et cela est particulièrement vrai en ce qui concerne l'expression de sa sexualité.

Beaucoup de femmes ne se sentent pas "vraiment femme" parce que leurs seins sont trop petits. L’addition mammaire est une chirurgie esthétique qui permet d'augmenter le volume des seins On peut y remédier en mettant un implant compatible avec le tissu : on introduit la prothèse derrière la glande mammaire, ou encore derrière le muscle pectoral sur lequel repose la glande mammaire. Lors d’une consultation nous vous conseillons sur tous les implants qui existent et que vous pouvez voir.

Les femmes qui envisagent de subir cette opération doivent discuter avec leur chirurgien esthétique des divers aspects techniques de la chirurgie (incision, position de la prothèse, etc.), ainsi que des caractéristiques propres aux produits constituant la prothèse.

Deux types de mammoplasties avec prothèses
Les mammoplasties avec prothèses s’appliquent à deux cas types : l’augmentation du volume des seins pour des raisons d'ordre esthétique et la reconstruction des seins à la suite d’une malformation de naissance ou de l’ablation d’un sein cancéreux. Cette page web traite de l'augmentation mammaire avec prothèse. Nous avons également préparé une page relative à la reconstruction mammaire avec prothèse, que vous pouvez consulter à notre section "reconstruction mammaire".

L’augmentation du volume des seins pour des raisons d'ordre esthétique
Les seins, véritable symbole de féminité ! Toutes les femmes n’auront évidemment pas besoin d’une augmentation mammaire par prothèse. Cependant chez beaucoup de femmes, une augmentation de seins leur apporteront plus de confiance en elles et plus de féminité. La prise de décision d’une telle opération peut découler de différentes raisons : sculpter le galbe de seins, renforcer le galbe de seins ayant perdu de la forme ou de la fermeté ou encore une nette différence de taille entre les deux seins.
Ces raisons font de l’augmentation des seins l’une des plus spectaculaires interventions esthétiques en chirurgie esthétique. Les résultats sont immédiatement visibles : en un peu plus d’une heure, les seins se transforment en une belle, ferme et naturelle poitrine, sans cicatrices visibles.

Les implants mammaires
L'augmentation mammaire est habituellement pratiquée sur les poitrines de petit volume, peu développées, ou les poitrines qui ont diminué de volume après un accouchement. L'intervention consiste en la mise en place d'une prothèse derrière la glande mammaire. Les patientes en ayant bénéficié il y a quelques années ont eu le choix entre deux types d'implants, l'enveloppe étant toujours en silicone : le contenu pouvait être soit du sérum physiologique, soit un gel de silicone. Depuis quelques années, la FDA a remis en cause la sécurité des implants en silicone et a limité leur usage aux patientes devant subir une reconstruction mammaire après cancer. Aux États-Unis et au Canada, les prothèses remplies de sérum physiologique sont les seules autorisées actuellement. En France, une procédure officielle est en cours, obligeant tout implant mammaire à être homologué.

Trois types d'implants ont demandé leur homologation : les prothèses gonflables au sérum physiologique, les prothèses pré-remplies de gel de silicone et les prothèses pré-remplies d'hydrogel. Ces dernières sont relativement récentes. L'hydrogel est un polysaccharide qui éviterait les risques immunologiques liés aux prothèses en gel de silicone. Aucune de ces prothèses n'est soupçonnée de pouvoir induire des cancers.

Après l'intervention, vous devrez porter un petit pansement et un soutien-gorge. Des ecchymoses et un peu d'oedème suivent l'opération mais disparaissent après quelques semaines. Une activité intense, telle que la reprise d'un sport, n'est possible qu'après deux ou trois semaines.

Les risques les plus connus des prothèses mammaires sont les coques. Il s'agit d'une rétraction du tissu cicatriciel autour de l'implant qui aboutit à une poitrine trop ferme et peut, dans certains cas, être à l'origine de douleurs ou modifier l'apparence des seins. Les autres risques connus sont la rupture de l'implant et les changements de sensation temporaires ou permanents au niveau de l'aréole et du mamelon.

La présence d'implants mammaires nécessite des techniques de mammographie spéciales. Les implants en gel de silicone sont radio-opaques alors que les implants au sérum physiologique et en hydrogel sont radio-transparents. Votre chirurgien esthétique devra discuter avec vous de tous ces risques et vous informer des avantages et des inconvénients de chaque type de prothèse.

Suite à l'amaigrissement, à l'accouchement et au vieillissement, les seins peuvent perdre de volume et changer de forme. L'augmentation mammaire ajoute au volume des seins pour obtenir une silhouette mieux proportionnée.

Votre plasticien examinera vos seins pour en déterminer la taille, la forme, les caractéristiques de la peau et la position des aréoles. Si vos seins sont affaissés, on vous conseillera peut être un lifting.

Les implants mammaires peuvent rendre plus difficile l'interprétation des mammographies.

Toutes les femmes ont un certain risque de cancer du sein et il faut évaluer l'importance cette question avant de prendre une décision au
sujet des implants mammaires.

Votre plasticien discutera avec vous du placement de l'implant par rapport au dépistage du cancer.

Les implants peuvent se placer sous le muscle pectoral ou entre le muscle et le tissu mammaire. Chaque choix de placement
comporte des avantages et des inconvénients.

Il en est de même pour l'emplacement de l'incision à travers laquelle on glissera votre implant. Vous prendrez les décisions quant à l'emplacement de l'incision et de l'implant en consultation avec votre chirurgien.

La patiente qui subit une augmentation mammaire peut recevoir congé le jour même de l'intervention. Vous devez obligatoirement vous
faire raccompagner à la maison par une personne responsable. Aussi faut-il voir à ne pas rester seule pendant cette première nuit
suivant la chirurgie.

Des facteurs qui vous sont propres ainsi que vos préférences personnelles vous guideront vous-même et votre chirurgien quant à la grosseur de la prothèse et l'emplacement de l'incision. Il ne faut pas oublier que plus les prothèses sont grosses, plus sont importants les risques de complications.

Au Canada, pour fins d'augmentation mammaire esthétique, la plupart des femmes reçoivent des prothèses mammaires remplies de sérum
physiologique (eau saline stérile) dans une enveloppe de silicone. Depuis peu de nouvelles prothèses remplies de gel de silicone cohésif
sont disponibles au Canada. Contrairement au silicone dans les prothèses traditionnelles, le gel cohésif ne fuit pas, ne transpire pas et ne se
déplace pas.

On a tendance à trouver que les implants en gel de silicone donnent un résultat plus naturel que les prothèses remplies de sérum physiologique.
Les vagues ou les plis en surface sont moins courants avec les implants en gel de silicone. Votre plasticien discutera avec vous du choix de
prothèse.

Pour mettre la prothèse en place, le chirurgien fait une incision soit dans le pli sous-mammaire, soit dans le creux axillaire (aisselle), ou au ourtour inférieur de l'aréole. Le chirurgien aménage ensuite une loge derrière la glande mammaire ou derrière les muscles pectoraux où il placera la prothèse (entre le tissu mammaire et la paroi de la poitrine).
Les ecchymoses et l'enflure qui suivent la chirurgie disparaîtront sous peu. L'enflure qui demeure se résoudra au bout d'un mois à peu
près.

Dans les jours qui suivent l'intervention, la patiente peut reprendre peu à peu ses activités, tout en faisant attention à ne pas se surmener.
Certaines reprennent même le travail après quelques jours, voire une semaine.

Les complications potentielles comprennent l'infection, les réactions à l'anesthésie et l'hématome (accumulation de sang) qui nécessitera un drainage
chirurgical. Rarement, il faut enlever la prothèse pour obtenir la guérison complète de l'infection. Sauf de rares exceptions, des changements de la sensibilité des mamelons et des seins sont transitoires et la sensibilité normale revient au bout de quelques mois.

Toute prothèse est un corps étranger autour duquel se forme une coque fibreuse.

Ce tissu cicatriciel peut avoir tendance à se rétrécir et, de ce fait, à comprimer la prothèse – ce qui donne l'impression que le sein est dur. Ce phénomène s'appelle la contracture capsulaire. Le degré de durcissement varie : dans certains cas, il est à peine perceptible, dans d'autres, il est très prononcé et peut causer des douleurs. On peut avoir recours à la chirurgie pour modifier ou pour enlever le tissu cicatriciel ou pour enlever et/ou remplacer la prothèse.

L'augmentation mammaire n'est pas une intervention à chirurgie unique. Vous aurez à faire remplacer vos implants au moins une fois et peut être plus souvent, car les implants se brisent et se détériorent. La rupture d'un implant nécessite une chirurgie.

Ci-après, trois membres de la Société très expérimentés en matière de chirurgie d'augmentation mammaire partagent les renseignements qu'ils ont soin de transmettre à leurs patientes en vue d'une éventuelle augmentation mammaire.

Le docteur Gerald Moysa (Edmonton), le docteur Gérald Rheault (Montreal) et le docteur Joseph Starr (Toronto) se basent sur leur expérience pour nous faire les recommandations qui suivent.

Les risques

Les trois chirurgiens informent leurs patients des risques associés à la chirurgie en générale et à la chirurgie d'augmentation mammaire à l'aide de prothèses en particulier. Ces risques comprennent l'infection, l'hématome, les cicatrices, le changement de la sensibilité, l'assymétrie, l'effet sur l'allaitement, les effets éventuels sur l'interprétation du mammogramme et autres examens de dépistage, la formation de capsules et la calcification à long terme de ces capsules, la douleur aigue ou à long terme. On prend soin d'expliquer la contraction capsulaire qui peut éventuellement nécessiter une chirurgie additionnelle.

Les docteurs Moysa, Rheault et Starr décrivent la composition des implants remplis de sérum physiologique, soit une enveloppe de silicone remplie de sérum physiologique. De plus, le docteur Moysa dira à ces patientes que «bien que nous ne soyons confiants que les implants remplis de sérum physiologique ne pose qu’un risque minime, il est impossible de savoir ce que nous réserve l'avenir. Il faut être prêts à faire face à toute éventualité».
Les patientes apprennent également qu’il existe la possibilité de perte de molécules de silicone à partir de l'enveloppe externe.

La durée de vie des implants

Les patientes éventuelles apprennent également que les implants mammaires ont une durée de vie qui n'est pas connue de façon précise mais qui n'est pas infinie. Une chirurgie de remplacement peut aussi résulter d'une fuite due à un traumatisme, à un mauvais fonctionnement des valves, à la manipulation vigoureuse du sein, aux dommages causés par les instruments chirurgicaux, à la capsulotomie fermée, à l'abrasion de l'enveloppe ou à la contraction de celle-ci ou à des causes inconnues. Les coûts d’une telle chirurgie sont également discutés. À la fin de chaque consultation le docteur Moysa souligne le fait que « les implants remplis de sérum physiologique ne sont pas parfaits, ils ne durent pas éternellement, et en toute probabilité la patiente subira une ou plusieurs chirurgies additionnelles au cours de sa vie. La patiente doit comprendre que des problèmes auxquels on ne s'attend pas peuvent survenir, nécessitant des mesures de remède ».

La recherche

On informe les patientes que bien que les implants mammaires en gel de silicone aient suscité d'importantes préoccupations concernant leur sécurité et les risques à long terme pour la santé, toutes les données qui nous sont maintenant disponibles ne démontrent aucun rapport statistique significatif entre les implants et les maladies auto-immunautaires ou inflammatoires. Le docteur Moysa ajoute que bien que la probabilité de risques importants pour la santé ne soient extrêmement faible, « il n'est pas impossible qu'à l'avenir de nouvelles préoccupations ne surviennent ».
La préoccupation principale des membres de la Société canadienne des chirurgiens plasticiens (SCCP) a toujours été le bien-être et la sécurité de leurs patients. La SCCP est d'avis qu'un dialogue ouvert et exhaustif au sujet de toute intervention cosmétique ou reconstructrice est indispensable au maintien de rapports satisfaisants pour le médecin comme pour le patient. Pour permettre aux candidates à une augmentation mammaire de prendre leur décision en toute connaissance des faits, la SCCP encourage fortement ses membres à leur fournir tous les renseignements nécessaires bien avant la date de l'intervention et de discuter de façon complète des risques et avantages éventuels.

L’augmentation mammaire :

Suite à l'amaigrissement, à l'accouchement et au vieillissement, les seins peuvent perdre de volume et changer de forme. L'augmentation mammaire ajoute au volume des seins pour obtenir une silhouette mieux proportionnée.

Votre plasticien examinera vos seins pour en déterminer la taille, la forme, les caractéristiques de la peau et la position des aréoles. Si vos seins sont affaissés, on vous conseillera peut être un lifting.
Les implants mammaires peuvent rendre plus difficile l'interprétation des mammographies. Toutes les femmes ont un certain risque de cancer du sein et il faut évaluer l'importance cette question avant de prendre une décision au sujet des implants mammaires.

Votre plasticien discutera avec vous du placement de l'implant par rapport au dépistage du cancer.

Les implants peuvent se placer sous le muscle pectoral ou entre le muscle et le tissu mammaire. Chaque choix de placement comporte des avantages et des inconvénients.

Sein normal

Il en est de même pour l'emplacement de l'incision à travers laquelle on glissera votre implant. Vous prendrez les décisions quant à l'emplacement de l'incision et de l'implant en consultation avec votre chirurgien.

La patiente qui subit une augmentation mammaire peut recevoir congé le jour même de l'intervention. Vous devez obligatoirement vous faire raccompagner à la maison par une personne responsable. Aussi faut-il voir à ne pas rester seule pendant cette première nuit suivant la chirurgie.

Placement derrière le muscle

Des facteurs qui vous sont propres ainsi que vos préférences personnelles vous guideront vous-même et votre chirurgien quant à la grosseur de la prothèse et l'emplacement de l'incision. Il ne faut pas oublier que plus les prothèses sont grosses, plus sont importants les risques de complications.

Au Canada, pour fins d'augmentation mammaire esthétique, la plupart des femmes reçoivent des prothèses mammaires remplies de sérum physiologique (eau saline stérile) dans une enveloppe de silicone. Depuis peu, de nouvelles prothèses remplies de gel de silicone cohésif sont disponibles au Canada. Contrairement au silicone dans les prothèses traditionnelles, le gel cohésif ne fuit pas, ne transpire pas et ne se déplace pas.

On a tendance à trouver que les implants en gel de silicone donnent un résultat plus naturel que les prothèses remplies de sérum physiologique. Les vagues ou les plis en surface sont moins courants avec les implants en gel de silicone. Votre plasticien discutera avec vous du choix de prothèse.

Placement devant le muscle

Pour mettre la prothèse en place, le chirurgien fait une incision soit dans le pli sous-mammaire, soit dans le creux axillaire (aisselle), ou au pourtour inférieur de l'aréole. Le chirurgien aménage ensuite une loge derrière la glande mammaire ou derrière les muscles pectoraux où il placera la prothèse (entre le tissu mammaire et la paroi de la poitrine).

Les ecchymoses et l'enflure qui suivent la chirurgie disparaîtront sous peu. L'enflure qui demeure se résoudra au bout d'un mois à peu près.

Dans les jours qui suivent l'intervention, la patiente peut reprendre peu à peu ses activités, tout en faisant attention à ne pas se surmener. Certaines reprennent même le travail après quelques jours, voire une semaine.

Incisions

Les complications potentielles comprennent l'infection, les réactions à l'anesthésie et l'hématome (accumulation de sang) qui nécessitera un drainage chirurgical. Rarement, il faut enlever la prothèse pour obtenir la guérison complète de l'infection. Sauf de rares exceptions, des changements de la sensibilité des mamelons et des seins sont transitoires et la sensibilité normale revient au bout de quelques mois.

Toute prothèse est un corps étranger autour duquel se forme une coque fibreuse. Ce tissu cicatriciel peut avoir tendance à se rétrécir et, de ce fait, à comprimer la prothèse – ce qui donne l'impression que le sein est dur. Ce phénomène s'appelle la contracture capsulaire. Le degré de durcissement varie : dans certains cas, il est à peine perceptible, dans d'autres, il est très prononcé et peut causer des douleurs. On peut avoir recours à la chirurgie pour modifier ou pour enlever le tissu cicatriciel ou pour enlever et/ou remplacer la prothèse.

L'augmentation mammaire n'est pas une intervention à chirurgie unique. Vous aurez à faire remplacer vos implants au moins une fois et peut être plus souvent, car les implants se brisent et se détériorent. La rupture d'un implant nécessite une chirurgie.

 

 

 
 
augmentation mammaire photo photos augmentation mammaire augmentation mammaire prix augmentation mammaire tunisie augmentation mammaire avant apres augmentation mammaire sans chirurgie augmentation mammaire naturelle tarif augmentation mammaire augmentation mammaire par injection chirurgie augmentation mammaire prix une augmentation mammaire album augmentation mammaire augmentation mammaire paris augmentation mammaire montreal augmentation mammaire lyon chirurgie esthetique augmentation mammaire photos augmentation mammaire photo augmentation mammaire augmentation mammaire quebec cout augmentation mammaire clinique augmentation mammaire technique augmentation mammaire augmentation mammaire acide hyaluronique video augmentation mammaire augmentation mammaire belgique pilule augmentation mammaire